mes-wondermomes

Quand j’étais nullipare voire primipare débutante (genre WonderBoy était encore un nourrisson tout choupi), je me disais que si un jour j’avais d’autres enfants, je les aimerai tous pareil. 8 ans et des briquettes de moi plus tard, force est de constater que je n’aime pas mes enfants pareil.

Avec WonderBoy, c’est l’amour vache. Depuis qu’il a commencé son terrible two (et qu’il n’en ai jamais sorti – ouh je putasse là ! ;-)), c’est le remake de Serge et Jane « je t’aime moi non plus« . Son comportement et ses mots me blessent et…quand je suis crevée/énervée/vilaine fille, je le lui rends bien. J’ai honte à le dire mais autant l’avoir porté m’a permis de dépasser mes limites de façon dont je ne m’attendais pas, autant j’ai l’impression qu‘il est celui qui met à jour le côté sombre de la force en moi (Dark Vador, sors de ce corps !). Je déteste certains de ses défauts car ils sont le reflet des miens et ceux de son père…je déteste son côté Mini-WonderDad…y’en a déjà assez avec leur ressemblance physique !

Pourtant, j’adore ses sourires, la façon dont ses yeux se plissent quand il sourit et rit…j’adore nos conversations de grand sur des sujets sérieux, son esprit logique, la façon dont il sait décrypter les gens, la profondeur de ses réflexions qui démontrent une maturité naissante…et quand il découche pour aller dormir chez ses copains, je traîne comme un âme en peine dans sa chambre vide !

Avec WonderKid c’est l’amour minion/bouh pourquoi tu grandis ?. Ça m’énerve quand il copie les mauvais côtés de son frère et joue au mini-WonderBoy, sur moi ou sa soeur. Ça m’énerve quand on est pressé, qu’on a beau lui dire mais qu’il ne se bouge pas pour autant. Ça m’énerve parce qu’il réclame trop les écrans depuis quelques temps, délaissant ses feutres et dessins.

Pourtant j’adore sa façon d’être, le sourire qu’il a quasiment en continu sur les lèvres, ses mimiques et traits qu’il tient de mon côté et que personne ne connait à part moi, puisque aucun de mes amis n’a connu mon père et sa famille…Je trouve son côté Œdipe trop mignon même si je dois y mettre souvent le holà parce qu’il n’y a pas à dire, c’est gênant à force…J’adore quand je le vois passer des heures à dessiner ou jouer avec ses super héros, son calme qui me fait tant penser à la petite fille que j’étais.

Avec WonderGirl c’est l’amour « c’est ma fifille/bébé/poupée d’amour mais c’est quand que tu grandis ? ». J’avoue que je suis tombée raide dingue de ma petite nana il y a 2 ans et demi. Ben oui il fut un temps où j’ai cru n’avoir jamais de fille à moi. Mais quand elle régresse en ne voulant plus qu’être portée, squattant les genoux sans arrêt, ne voulant plus dormir à 2h du mat’ (accompagnée du package « je veux un biberon et je veux le boire dans le salon »), eh bien… j’attends avec hâte qu’elle soit « raisonnable » comme ses frères et plus autonome.

Et pourtant j’adore voir ce qu’elle peut avoir de commun avec moi : les boucles de ses cheveux (pas la couleur, je n’ai jamais été aussi blonde lol), les traits (c’est la seule qui aurait de moi selon les gens), les grands yeux de mon arrière-grand-mère…J’adore l’habiller, coiffer ses longues boucles dorées (qui me font penser à celles que j’avais petite), jouer avec elle. Je partage avec elle plus qu’avec ses frères ce que j’aime car je pense naïvement qu’elle les aimera aussi. J’adore ses câlins car je sais que tout bientôt elle ne voudra presque plus m’en faire et n’aura d’yeux que pour son père (ça commence déjà, note).

Non je n’aime pas mes enfants pareil…c’est grave docteur de m’être planté il y a 8 ans en pensant le contraire ? Suis-je une badmother ? Qu’en penses-tu ?

C’était mon badmother pour Emma et Maud

Commentez sur Facebook