Je ne suis pas heureuse

20/09/2013 , In: Gestion des émotions
0

je ne suis pas heureuse

Je ne suis pas heureuse… voilà les mots sont lâchés et les larmes ont coulé. De petits ruisseaux, les larmes ont coulé ensuite à flots, en grande rivière, chavirant tout le monde autour, petits et grands…des petits yeux étonnés…des grands yeux quasi blasés de mon mari.

Je ne suis pas heureuse…cette phrase qui tombe comme un couperet, comme ça, au beau milieu d’un instant qui aurait dû être joyeux, au coeur de retrouvailles, au coeur d’une fête.

Je ne suis pas heureuse…ces mots dans la bouche d’une mère qui a oublié d’être femme, qui s’est noyée dans sa famille, dans sa maternité, qu’on a spolié, qu’on a maltraité, non pas des coups mais par des mots…

Je ne suis pas heureuse…des mots qui sortent comme un soulagement mais qui finalement ne feront bouger personne…ni celle qui le dit ni son entourage…parce qu’il a trop de choses, trop de blessures en chacun, trop de pressions par nos vies à 100 à l’heure…Parce qu’on ne vit plus, on court. Et dans notre course contre le temps, il n’y a plus de place pour ceux en souffrance physique ou mentale.

Je ne suis pas heureuse…qui moi ? Doit-on s’arrêter aux apparences pour juger qu’une personne est heureuse ou pas ? On devrait arrêter de faire la liste des possessions des personnes pour juger de son niveau de bonheur.

Je ne suis pas heureuse…ce sont ses mots à elle, celle qui m’a donnée la vie et qui a fait couler mes larmes quand elle ne l’a dit dimanche dernier. Ses larmes ont fait couler les miennes car je me sens si impuissante quand je vois son isolement. Ma culpabilité qui ressurgit, le mal au coeur quand j’arpente les couloirs où elle passe en fauteuil roulant…

Elle si seule mais pourtant entourée de gens du 4ème âge. Seule à 63 ans en EHPAD. Seule parce qu’on a aussi réduit les personnels, 2 aide-soignants pour 24 résidents,dépendants forcément, ils n’ont plus le temps. Seule aussi parce que ses deux soeurs ne vont quasiment plus la voir...Seuls, ils le sont tous, enfermés dans leur solitude, malgré leurs fauteuils roulants disposés les uns à côté des autres…Seuls et en souffrance, enfermés au sein de leurs corps défaillants….

“Elle” n’est pas heureuse…elle est si jeune encore pourtant…et malheureuse depuis si longtemps.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tu kiffes ? Partages avec tes amis... Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someoneShare on LinkedIn

Retrouves moi sur :

  1. quel billet émouvant!!!

  2. Un billet bien triste et émouvant. Ça doit être un moment difficile alors je te souhaite du courage à toi et à ta maman 🙂

    • Yaya
    • 22/09/2013
    Répondre

    Je les ai entendu aussi ces mots…
    Ils ont finis par l’emporter a 64 ans car elle n’avait plus le goût de la vie et que la maladie l’emportait avec elle depuis longtemps. Je n’ai pas de conseils car il est propre a chacun de comprendre ces mots et de savoir y répondre. Ce qui est certain par contre, c’est que la culpabilité n’y a pas sa place. Un enfant (même grand) n’a pas a porter le poids du bonheur ou du malheur de son parent.

    • anneredac
    • 20/09/2013
    Répondre

    Difficile la solitude. Des bisous a ta maman.

  3. C’est très touchant, et tres triste. Surtout quand les mots sortent de la bouche de sa maman. Je t’embrasse bien fort.

  4. Répondre

    Bouhhhhhh, c’est dur ce constat et comme ce ne doit pas être simple pour toi 🙁

    • Répondre

      Non et puis c’est toujours aussi la peur de la maltraitance aux personnes âgées, avec ce qu’on entend parfois…mais ouf, ce n’est “seulement” qu’à cause de la solitude…

  5. Répondre

    🙁
    Un sujet bine triste et qui fait peur… J’ai peur de me retrouver un jour comme ta Maman, seule et isolée avec des enfants qui seraient bien trop occupés à vivre leur vie (et ils auraient bien raison !) pour venir me voir et passer un peu de temps avec moi…

    Comme ça doit faire mal d’entendre ces mots sortirent de la bouche de sa Maman… 🙁

    • Répondre

      Moi aussi ça me fait peur et ça me fait encore plus culpabiliser…ma mère est à une bonne demie-heure en voiture, ça nous fait 1h aller/retour. Les enfants sont parfois choqués par l’état de certains malades…pas facile de tout concilier : la voir pour lui faire plaisir, ne pas faire passer trop de temps aux enfants là-bas…

  6. Répondre

    🙁

    Dur ton billet …
    La solitude c’est tellement pesant. Je ne sais pas si mes grands mères étaient heureuse ou non … L’une sortait beaucoup de chez elle pour voir ses amies dans le village.
    L’autre ne souriait pas beaucoup et attendait seule les visites de la famille, chez elle.
    Elles ont vécues 30 ans seules après le décès de leurs maris.

    Je ne sais pas comment vivrait ma mère si elle était seule …
    Je comprends également que tu culpabilises.

    Pas simple.
    <3

    • Répondre

      Oui bientôt 23 ans qu’elle est veuve…tant que j’habitais chez elle ça allait encore mais elle a glissé une fois que je suis partie…peu de famille, pas d’amies…

  7. Répondre

    Tu te doutes que ce billet me touche particulièrement… “elle” te l’a dit… c’est dur à cet âge d’avouer ce sentiment. Malgré tout on est en effet impuissant. Il faut tenter de prendre du temps, essayer, malgré nos vies trépidantes de prendre quelques instants… il faut se forcer, avant de se dire c’est trop tard…
    bisous…

    • Répondre

      Je bloque toujours au moins un après-midi par mois pour aller la voir…il faudrait que j’y aille plus et c’est vrai qu’en bossant moi même, n’étant pas dans la même ville, c’est pas facile…

  8. Comme ça doit être dur pour vous 🙁

  9. Pingback: Je ne suis pas heureuse - Wondermomes | Les mam...

    • Kaline
    • 20/09/2013
    Répondre

    Je suis désolée pour ta maman.
    Difficile d’être heureux quand on est dépendant, et lorsqu’on attend à ne rien faire de ses journées, les visites des proches sont toujours trop rares…
    Elle est si jeune, ça rend la situation encore plus injuste, mais on ne peut pas toujours lutter contre la maladie.
    Tu es présente pour elle, malgré les difficultés, tu fais de ton mieux pour être à la fois mère, épouse, fille… on ne peut malheureusement pas être partout, tu ne peux pas la guérir malgré elle.
    Ne culpabilise pas, vous avez fait ce que vous pouviez, et les circonstances sont ce qu’elles sont, on ne peut malheureusement pas refaire l’histoire.

  10. Un émouvant lâchage de sentiments (ça se dit ? lol), qui fait réfléchir sur le bonheur à prendre, celui du moment, de l’instant, égoïste ou en famille etn mettant de côté la pression des autres et de la société.
    De tout mon coeur Kiss ♥

Un petit mot ?

CommentLuv badge

Valérie

Blogueuse - Rédactrice Web

Les WonderMômes c'est la vie de 3 enfants : WonderBoy, presque 12 ans, WonderKid 8 ans, et WonderGirl, 5 ans. Et de leur WonderMôme de maman, happy 40, de la métropole lilloise, qui travaille, passionnée de lecture, d'écriture, d'éducation, qui veut partager ses trucs, astuces, bons plans et grains de folie.

Reçois mes news !

Sur Facebook

Wondermômes

1 week 2 days ago

Un joli concours sur mon compte Instagram les amis ;-)

Wondermômes

1 week 3 days ago

Sur le blog, mon avis et celui de la miss sur la Toucan Box

Les Jeudis Education

Cette année je…

macaron