L’importance du langage des parents

22/01/2015 , In: Humeurs
0

livres filliozat, rosenberg, ruiz faber mazlish

Je crois que pas un parent – du moins aucun de ceux que j’ai pu rencontrer – ne niera le fait que notre langage influence nos enfants. On parle d’eux comme des éponges à émotion mais c’est vrai également à ce niveau-là. Il ne faut pas s’étonner d’avoir un enfant qui jure si, régulièrement, on jure nous-même.

Comme beaucoup, je fais mon maximum dans ce sens. Je leur lis beaucoup de livres pour qu’ils acquièrent également un vocabulaire riche et je n’hésite pas à leur donner des définitions ou on la cherche ensemble.

Mais en fait, je voulais aussi que, même sans jurer, même en soignant son vocabulaire, on fait aussi du mal à nos enfants via le langage. On blesse par des insultes, on rabaisse, on colle des étiquettes, on exprime notre fatigue et notre impatience par nos mots.

On est aussi désarmé face aux attitudes de nos enfants, colère, caprices, bouderies, disputes entre frères et soeurs etc et le langage est un des moyens qu’on peut utiliser pour les apaiser, les inciter à mettre en mots leurs émotions.

Apprendre à s’exprimer, à exprimer ses besoins et ses désirs, ses émotions dans le respect passe par le langage. Ce n’est pas toujours évident de trouver la bonne façon de s’adresser à eux et pourtant nous disposons de nombreux livres et ateliers parentaux. J’en avais déjà parlé mais j’ai suivi une formaton Faber et Mazlish en communication parents/enfants.

Je profite de ce billet pour partager mes essentiels :

  • Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent de Faber et Mazlish, c’est MA Bible. J’adore la mise en scène des concepts via des BD ce qui permet de mieux s’approprier les conseils qu’elles nous donnent.  Les thèmes abordés : aider les enfants aux prises avec leurs sentiments, susciter le coopération, remplacer la punition, encourager l’autonomie, utiliser les compliments, aider les enfants à se dégager des rôles qui les empêchent de s’épanouir
  • Frères et soeurs sans rivalité des mêmes auteurs. Parmi les thèmes abordés : accueillir ce qu’ils ont sur le coeur, la comparaison, donner pareil, frères et soeurs dans leurs rôles, quand les enfants se disputent. Une boîte à outils qui m’a déjà sauvé la vie euh les oreilles pour ma fratrie !
  • J’ai tout essayé d’Isabelle Filliozat. Une page ou une double page consacré à une situation, pour les petits entre 1 et 5 ans. Le point sur ce qui se passe en eux, des conseils pour mieux les comprendre et les aider.
  • Il me cherche ! d’Isabelle Filliozat. J’en avais déjà parlé ici. Même principe que le précédent mais destiné aux parents d’enfants de 6 à 11 ans.
  • Les Mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) de Marshall B. Rosenberg. Là, ce livre est à destination de tous mais pas seulement des parents. Un livre qui m’a beaucoup remué, qui présente la communication nonviolente.
  • Les Quatre Accords Toltèques de Don Miguel Ruiz. Ils sont affichés dans mes toilettes 😉 Tu peux les retrouver sur mon compte Pinterest. De sages paroles pour plus de sérénité et choisir les mots qui vont quitter notre bouche et donc améliorer la communication, tant avec nos enfants qu’avec tous.

Et toi, tu as des livres à me recommander ?

******************************************************************************************************************************

C’était ma participation à mon rdv “les jeudis éducation” sur le thème “l’importance du langage des parents”. Ils en parlent aussi : Mère Débordée,

macaron-rdv-education-02-exp-200

Ils parlent aussi d’éducation : doudou or not doudou ?,  des lettres aux syllabes, accompagner son enfant dans l’amour de la lecture, les deux mots magiques pour calmer la douleur de votre enfant, exposer ses oeuvres d’art

Le thème proposé pour la semaine prochaine est “Chandeleur et autres traditions culinaires, à transmettre ou non ?”

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tu kiffes ? Partages avec tes amis... Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someoneShare on LinkedIn

Retrouves moi sur :

  1. Pingback: [Les jeudis éducation] Doudou or not doudou ? | Poucelimama

  2. Pingback: Des lettres aux syllabes -Les aventures de la famille Bourg – le blog – Vie d'expatriés aux USA

  3. Très intéressante ta liste (et celle des commentaires aussi). Je n’ai encore rien lu de tous ça mais je suis intéressée par le sujet. Je pense commencer par “j’ai tout essayé” qua ha devrais pouvoir trouver à la bibliothèque.

  4. Répondre

    Je viens d’acheter parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent !

  5. Je prends note de tous ces livres ! Merci pour ces infos. Il est vrai que je n’en ai pas lu sur le sujet étant donné que j’ai la grande chance d’avoir un enfant facile, sans grosses crises d’oppositions bien qu’il s’affirme en grandissant, ce qui est normal. Naturellement, j’ai instauré un dialogue entre nous, on essaie de mettre des mots sur ses maux… Je pense que c’est le type d’éducation dans l’air du temps… Et tant mieux !!!

    • Répondre

      C’est clair, moi c’est pour mon aîné que je me suis lancée dans ce type d’éducation !

  6. Merci pour cette liste!… Il y a aussi la discipline positive de Jane Nelson (qui beaucoup de points communs avec Faber et Mazlich, Eduquer sans punir de Thomas Gordon, L’art d’apaiser son enfant de Lise Bartolli (avec entre autres des histoires à raconter selon la problèmatique)… comme parent, on n’a jamais fini d’apprendre ;-))

    • Répondre

      Eduquer sans punir, je l’ai aussi et effectivement, ça ressemble beaucoup à Faber et Mazlish 😉 Les deux autres, j’aimerai les lire mais pour l’instant je ne les trouve pas à ma bibliothèque, il faut que je les commande…

  7. J’ai bien envie de lire celui de Faber et Mazlish… En ce moment je suis toujours dans la lecture de “Parents Efficaces” de Thomas Gordon. Je n’arrive à le lire que par petits bouts car c’est dense, mais vraiment intéressant pour apprendre à mieux communiquer!

    • Répondre

      Oui C’est dense Thomas Gordon, moi j’avais lui Eduquer sans punir mais WonderBoy était trop petit pour que j’applique tous les conseils. Ma dernière a/est élevée au Faber et Mazlish (elle avait 18 mois quand j’ai lu le bouquin la première fois) et franchement, je n’ai pas vraiment connu la grosse crise d’opposition comme avec son grand grand frère 😉

  8. Je te recommande ce livre sur la Pédagogie positive, sur lequel j’ai écrit un billet d’ailleurs : http://maman-est-occupee.blogspot.fr/2014/11/je-suis-parent-mais-je-me-forme.html Il m’a apporté des conseils et m’a fait beaucoup de bien.

  9. Pingback: Deux mots magiques pour calmer la douleur d’un enfantDrôle de Maman

Un petit mot ?

CommentLuv badge

Valérie

Blogueuse - Rédactrice Web

3 WonderMômes de 12 ans ,8 ans et 6 ans... et 1 WonderMum, une maman du Nord, fan de livres, de cuisine, de zentangles, de Blanche Neige. Bujo addict et Potterhead. Aspire à une vie plus green, plus slow et plus minimaliste (mais y'a du boulot ;-)).

Reçois mes news !

Sur Facebook

Wondermômes

17 hours 19 minutes ago

Quand j'apprends que la maîtresse de WonderKid s'inspire des pédagogies Montessori et Freinet pour sa classe 🤩😍

Wondermômes

17 hours 21 minutes ago

Coucou ! Petite demande aux personnes ayant participé au concours, pourriez vous liker la page de Lana J by Rose pour valider votre participation et m'indiquer ici ensuite le pseudo de votre participation sur mon blog ? Car pour l'instant aucun gagnant faut d'avoir liké la page.... Je vous laisse jusque vendredi pour le faire, merci pour elle .

Les Jeudis Education

Cette année je…

macaron