lit

Cododo et moi : comment en 3 enfants j’ai changé d’avis

On dit souvent « avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants » et…c’est vrai ! Je le vois, chaque jour et à  chaque enfant j’ai évolué.

Au premier, j’ai monté sur mes grands cheveux « nan je me laisserais pas faire, mon lit est à  moi et à  mon homme, Petiot, va dormir dans ton lit, je ne céderai pas ». J’ai pas cédé. M’enfin, j’ai été aidé, WonderBoy étant un grand ami de sa gigoteuse, il a jamais moufté pour dormir ailleurs que dans son lit !

Pi…WonderKid naquit. Et il a pas fait ses nuits avant sa première bougie. Otites à  répétition, poussées dentaires. On naviguait WonderDad et moi à  la limite entre brouillard et coma. On a tenu…moi je commenà§ais à  flancher. J’allaitais allongée sur un matelas gonflable…mais dans sa chambre, les principes, la MSN toussa…

Pi…on a remis le couvert. WonderGirl arriva. Un bébé de rêve comme on en rêve toutes qui fait ses nuits dès la maternité, qui te laisse roupiller peinarde les 4 premiers mois. Et après, bam ! Le drame ! Transformation en petite bouille qui a mal aux dents, qui ne s’endort que dans les bras, qui se réveille dès qu’on la pose, qui veut les bras 24h/24. On a tenu les principes…1 mois, 2 mois…puis à  force de  marcher au radar, de ne plus supporter le moindre bruit, d’avoir du mal à  supporter la joie de vivre de ses frères…On a testé…D’abord, timidement, assis sur notre lit, la pépette dans les bras…Nez qui pique, tête qui penche, peur de la laisser tomber…on s’est allongé. On a dormi loin l’un de l’autre lui laissant les 3/4 du lit pour ne pas l’écraser. La peur, tu comprends ? La culpabilité aussi d’avoir « cédé ». Mais finalement à§a nous a permis de supporter cette phase de 4 mois o๠elle ne voulait rien d’autre que nos bras.

Alors je dis, y’a que les imbéciles qui changent pas d’avis ! Les principes c’est bien, trouver des moyens de supporter la réalité, c’est mieux !

Module de commentaire Facebook.