Devant la grille de l’école, on entend les parents râler. Sur l’école, sur les maîtresses, leurs décisions, les initiatives… Ces mêmes parents râleurs ne sont présents que pour conduire et rechercher leurs enfants à l’école. Pas d’implications dans les sorties scolaires, pour les réunions de parents d’élèves, pour la recherche d’amélioration des fêtes de fin d’année. Souvent pas de déplacement aux réunions parents/ professeurs de début d’année. Seule la réunion individuelle les voit venir à l’école. C’est dommage.

Dommage pour l’enfant avant tout. Je sais que nous avons tous nos obligations. Je ne le sais que trop bien. Bien souvent, nous sommes deux dans le couple parental. Je vois même des beaux-parents impliquer dans le suivi scolaire de l’enfant de leur compagnon/compagne. Plus impliqués que les râleurs.

Il y a un diction qui dit « grand râleux, petit faiseux ». Je ne râle pas souvent mais je n’ai pas la grogne gratuite non plus. Je vais trouver la personne qui me pose soucis et lui expose calmement mes demandes, mes griefs et l’écoute m’exposer sa version, ses demandes. Un dialogue donc entre deux grandes personnes. Pas râler dans son coin sans agir.

Je sais que mes enfants m’aimeraient plus impliqués dans la vie de leur école. Je me retranche derrière mes obligations mais la vraie raison est souvent ma timidité. Mais j’agis autrement. Ce blog est l’un des moyens (comme par exemple, des lots pour la fête de l’école). Je discute avec les maîtresses, autant pour les informer de la vie de mes mômes si ça peut avoir un retentissement sur la vie scolaire que pour discuter des points qui coincent et chercher une solution ensemble. On se rend aux réunions de parents d’élève pour connaître la vie de l’école, les projets…

7 ans que je fréquente leur école (même 8 bientôt si on compte l’inscription de WonderBoy). La porte a toujours été ouverte de la part des enseignantes et même du personnel. J’ai toujours trouvé une oreille attentive. Nous nous sommes toujours rendus aux réunions de début d’année (3 réunions de petite section et de moyenne section, deux de GS, CP et CE1), on pourrait croire qu’il n’y a pas intérêt.

Moi j’en vois un. C’est aussi montrer à mon enfant que je m’intéresse à ce qui fait sa vie, ses journées, ses projets avec l’école. La fierté de le entendre dire « tu as vu ma classe et ma place, tu as vu telle chose ? » avec le sourire et le pétillement dans leurs regards, ça n’a pas de prix. Il y a moyen de s’investir dans l’école, à petite ou à grande échelle selon le temps dont on dispose et ne pas se contenter de râler derrière la grille…

Et toi, quelle place prends-tu dans l’école de tes mômes ?

*******************************************************************************************************************************

C’était ma participation à ma rubrique les #jeudiseducation.

Ils parlent aussi éducation :

La semaine prochaine nous parlerons de la crise. Comment gérez-vous ? (colère, caprice, terrible two, manque d’autonomie, pré-adolescence et adolescence)

Commentez sur Facebook

Étiqueté dans :