les sept petits déjeuners

Source : Wikipedia

S’il est bien un domaine qui me pose problème depuis quelques temps, c’est l’alimentation de ma petite famille : la nôtre mais aussi celles des enfants. Je me pose mille questions, je lis aussi sur le sujet de la malbouffe et m’interroge sur le modèle alimentaire que je souhaite leur transmettre.

Les aliments

Je suis le produit d’une culture familiale au niveau nourriture qui me pousse naturellement vers ce que mes parents m’ont transmis. Quand j’étais petite, ce qui comptait, c’était la viande et le lait.

Jeune adulte il y a eu le scandale de la viande bovine et il y a toutes ces données scientifiques, ces études qui viennent à nos oreilles. Je m’interroge sur le contenu de nos assiettes et je suis perdue.

Perdue car une fois au détour d’une conversation il y a longtemps avec ma mère, elle avait eu le même souci. Quand elle était petite, un enfant sevré n’avait plus le droit au lait. Elle a vite bu du café le matin O_o c’était la norme de l’époque et on lui a dit plus tard que ces manques de laitage (elle n’a certainement pas mangé d’amandes réputées riches en calcium) étaient la cause de son ostéoporose. C’est pour cela qu’elle m’a donné beaucoup de laitages…et parce qu’il n’y a pas encore si longtemps, on prônait les 3 laitages par jour au lait de vache.

De santé fragile quand j’étais petite, les médecins lui avaient recommandé d’insister sur la viande. Je pouvais bien bouder mes pommes de terre et les légumes… tant que je finissais ma viande.

Désormais je pense qu’une majorité de parents insistent sur les fruits et légumes… et que diront les autorités plus tard à nos enfants ? Que nous avions tout faux ?

Il y a un tas de facteurs qui me poussent dans mes choix d’aliments : le budget mais aussi le temps de préparation, nos goûts personnels (si j’écoutais mon second, il ne mangerait que du pain… ).

Mais je m’interroge souvent sur les produits transformés, surtout depuis que j’ai lu l’un des derniers livres de Filliozat  et surtout cette vidéo d’elle qui me parle en tant que maman : ne suis pas responsable par mes achats des comportements de mes mômes ? Comment régler tout ça  en respectant nos goûts gustatifs, les envies des mômes de faire comme les copains par ‘l’intégration alimentaire » pour en préservant leur santé actuelle et future ?

[youtube]https://youtu.be/4pZ11P3CGG8[/youtube]

Colorants, sucre, gluten, lait de vache, voilà des sujets qui m’interroge. Quelle position adopter ? Comment aussi se concerter en couple, trouver une position commune, voilà des sujets de réflexion dans ma famille.

Renouer avec l’alimentation

J’essaie de connecter les enfants avec la nourriture par le biais de la cuisine à défaut de la faire par le jardinage (le jardin est rikiki) et le passage au marché (on le fait seulement aux vacances, les jours du marché tombent mal dans notre emploi du temps le reste de l’année).

Ma mère n’était pas une fine cuisinière, j’ai donc finalement beaucoup appris avec ma belle-famille et mon mari. J’ai appris à aimer manger grâce à eux (et j’ai pris beaucoup de poids, revers de la médaille) et à préparer de bons petits plats.

J’aime préparer surtout des desserts et des pains (tu vois mon souci avec le gluten…).Mon mari aime préparer les préparations salées, on s’y retrouve.

Je pense que c’est important pour mes mômes de voir que nous prenons du temps pour préparer nos repas, les enrichir par la découverte de plats d’ailleurs et de nouvelles saveurs. J’espère qu’ils comprendront que bien se nourrir est important.

J’aimerais avoir plus de temps pour cela encore parce que, pour l’instant, à part la préparation des gâteaux, j’ai encore du mal à les motiver à la cuisine 😉 Ça viendra peut-être…

Régimes et Troubles du Comportement Alimentaire (TCA)

Pour différentes raisons, j’ai toujours été réfractaire aux régimes que j’ai toujours trouvé un peu dangereux quand ils troublent l’équilibre alimentaire et en deviennent presque sectaires.

Le sucré (et le chocolat surtout) ont toujours été des refuges dans les périodes dures de ma vie. Mais au début d’année, ma santé en a pris un coup, il était temps de faire quelque chose contre le surpoids pour ne pas aggraver mes soucis de santé chronique. Après un bilan médical qui n’expliquait pas la prise de poids de 2012 et 2013, il fallait donc agir sur mon alimentation.

Je me suis lancée dans Weight Watchers car c’est plus un rééquilibrage alimentaire mais je reste vigilante pour ne pas tomber dans les excès.

Pourquoi cette peur ?

Parce que ma mère souffre entre autres de troubles du comportement alimentaire. Elle alterne les périodes d’anorexie à des périodes où elle mange normalement. En tant que fille, ces yoyos m’ont toujours effrayée (elle est quand même descendue un jour à 31 kg… alors qu’elle était hospitalisée depuis quelques mois déjà).

En tant que mère, je ne veux pas que mes enfants voient une mère comme ça. Je ne veux pas qu’ils ne sachent plus profiter d’un bon repas de peur du verdict de la balance. Je veux qu’ils aient une relation saine avec la nourriture.

Même avec Weight Watchers je peux manger un hamburger (maison c’est les meilleurs, chéri si tu me lis…), des frites, des fruits et du chocolat. Pour ma fille surtout, c’est encore plus important, surtout dans ce monde où l’image force les filles à ne plus que paraître. Etre bien dans sa peau, jolie, mince si on veut pourquoi pas. Mais pas au prix de sa santé, pas au point de stresser et ne plus manger.

Pour l’avenir

J’aimerais trouver ce qui est le mieux pour mes enfants et pour nous, tant maintenant que pour leur avenir. Nous préparons dans nos assiettes notre santé de demain.

J’aimerais que mes enfants aiment manger mais sans excès, qu’ils se rendent compte de la chance d’avoir de la nourriture autant que nous voulons et de ce fait, d’être vigilant dans leurs choix alimentaires.

Je voudrais qu’ils restaient aussi informés pour pouvoir dévier le cap si besoin dans le respect de leur corps et de leur santé.

**************************************************************************************************************************

Ceci est ma participation à mon rdv les #jeudiseducation sur le thème de l’alimentation.

macaron-rdv-education-02-exp-200

Ils en parlent aussi :  l’homme qui ne savait pas garder son calme à table, vivre pour manger, mangeons et dessinons ensemble, manger, ça s’apprend, la diversification menée par l’enfant (DME), à la recherche du gras caché, alimentation, apprendre à manger, goûtons de nouveaux aliments, l’alimentation, bonheur des papilles ?, l’alimentation, l’alimentation

Ils parlent aussi « éducation » : livres, pour que mon enfant ne pleure plus chez le dentiste,

La semaine prochaine, nous parlerons de l’école « traditionnelle », instruction en famille, éducation. A vos claviers !

Commentez sur Facebook