mammographie prévention du cancer du sein

Source : FlickR

L’ordonnance, je l’ai depuis 14 jours. Et ça fait un an que mon gynéco m’y a préparé : « quand vous aurez 38 ans, il faudra la faire ». Alors quand Zaza nous a demandé la semaine dernière de nous lancer un défi, un challenge, j’ai trouvé de suite. Parce qu’il le faut : prendre ce fameux rendez-vous pour une mammographie.

Tu l’as senti, je freine un peu des 4 fers, même beaucoup. Oui je sais, je les connais, les arguments raisonnables pour la faire. Mon gynéco m’en a fait la liste. Et ce n’est pas une fausse pudeur qu’il m’empêche de montrer mes seins. Les médecins, ce n’est pas comme les ouvriers mateurs du voisin lol.

C’est que ça me renvoie à mon enfance, les souvenirs de ma Mémé. J’avais alors 5 ans…J’étais allée chez mes grands-parents, je ne sais plus vraiment à quelle occasion, peut-être même qu’il n’y en avait aucune. J’y allais somme toute souvent puisque mes grands-parents étaient aussi mes voisins.

Ce jour-là, il faisait chaud. Ma grand-mère a enlevé sa perruque. Je ne savais pas qu’elle était malade. Mais elle, elle était simple, elle ne cachait rien. Une femme simple et chaleureuse du Nord, tout en rondeurs et en générosité.
Elle avait chaud, sa perruque lui tenait chaud, elle l’a enlevé. Devant ma stupeur, c’est elle qui m’a dit qu’elle était malade d’un sein. Quelques séances de chimio et de radiothérapie qui l’avait carrément cramé la peau plus tard, elle a eu du répit. Mais 3 ans plus tard, la bête revenait dans les intestins. Je me souviens de ses cris de douleur les derniers jours de sa vie. J’étais sa voisine je te le rappelle.

Saleté de maladie. 

J’avais 11 ans quand elle nous a quittés. Oui on me dira que ma propre arrière-grand-mère, sa mère à elle, s’en est sorti du cancer du sein, alors qu’on était dans les années 50…Oui je sais. Mais le combat perdu par ma grand-mère reste présent dans mon esprit. Je l’ai vu décliner à cause de cette saleté de crabe.

Et même si on me dit que c’est moins grave pour moi car ce n’était QUE ma grand-mère paternelle, n’empêche. Cette ordonnance au fond de mon sac me ramène au passé.

Mais tout à l’heure, j’appellerai. Quand même. Pour ne pas perdre ce combat, pour ma mémé aussi…pour mon mari, mes enfants mais avant tout, pour moi…Voilà mon défi d’aujourd’hui

Quand j’ai cherché une photo pour illustrer l’article et participer au rendez-vous de Zaza et d’Alice, j’ai trouvé ce joli ruban de marguerite. Et quoi de mieux puisque Marguerite était le prénom de ma grand-mère…

Commentez sur Facebook

Étiqueté dans :

, ,