secret-de-famille

Source : FlickR

Les secrets de famille…quelle famille n’en a pas ? J’ai repensé justement à l’un des billets de Vivi sur le sujet car nous sommes en plein dedans en ce moment à la maison. Mais au fil de ma vie, le sujet n’est pas nouveau.

Toute vérité est-elle bonne à dire ?

j’ai toujours trouvé bizarre de dire à un enfant de ne pas mentir et lui dissimuler des faits qui sont graves, importants. J’ai par exemple toujours été honnête avec mes enfants concernant les pathologies dont souffre ma mère. Idem pour les causes de la mort de mon père et de ma belle-mère (morts de cancers) et en grandissant, s’ils le souhaitent, je leur expliquerai plus les choses (notamment concernant la prévention).

Dire la vérité ou suivre les demandes de la personne concernée ?

Quand j’étais jeune, un secret de famille a longtemps été caché. C’était la sœur de mon grand-père qui en avait fait la demande puisqu’il la concernait. Elle n’était pas la fille biologique de mon arrière-grand-père, il l’avait reconnu en épousant mon arrière-grand-mère.

Finalement, j’ai découvert un peu seule la vérité car le discours de ma grande-tante m’avait mis la puce à l’oreille : j’ai trouvé bizarre qu’elle appelle son papa « Papa D. » (D. étant mon nom de famille). Je devais avoir dans les 12 ans, j’ai osé poser la question à mon père qui m’a répondu la vérité et les raisons de ce secret de famille. Ça n’a rien changé dans la relation avec ma grande-tante, que j’aimais tout autant. J’ai quand même fait comme si de rien n’était et c’est d’elle-même qui m’en a parlé quand j’étais devenue adulte. Elle n’a jamais su que mon père m’avait dit la vérité, vérité que j’avais finalement deviné seule. Pudeur des sentiments, respect aussi de sa demande de jadis d’être considérée comme la vraie fille de mon arrière-grand-père, ce qu’elle était, même sans les gênes.

Dans la vie, rien n’est tout blanc ou tout noir…

En faisant le bilan de ma vie, je me suis rendue compte qu’en fait, mes enfants ignorent aussi des choses sur moi. Non pas des choses que je cache mais des choses sur lesquelles j’ai tourné la page même si ça m’a fait énormément souffrir quand je les ai vécu. Je pense notamment à cet enfant, porté pendant 3 mois et qui n’a jamais vu le jour. Un jour je sais que je leur en parlerai mais j’en suis encore incapable. Même tant d’années plus tard.

Déjà d’en parler ici c’est un premier pas de plus dans mon deuil je le sais…est-ce donc un secret de famille ? Ou juste le fruit d’une souffrance ou d’une culpabilité de n’avoir pas pu lui offrir ce que les autres ont eu, un doux cocon pendant 9 mois ?

Dans notre famille élargie plane aussi un secret. Il faudra bien crever l’abcès un jour mais j’ai peur qu’ils soient choqués en l’apprenant, c’est si terrible 🙁 Il y a aussi le poids d’un autre secret, partagé avec nos enfants celui-là mais que l’on cache à la famille élargie par honte, par peur, par inquiétude aussi…

Les secrets de famille, ce n’est finalement pas si facile d’avoir un avis tranché dessus…Et toi, as-tu des secrets de famille ou pas ?

**********************************************************************************************************************

C’était ma participation à mon rdv « les jeudis éducation ».

Ils parlent aussi éducation : apprendre la patience avec les enfants, la relation enfant/animal, comment limiter les écrans, déménagement et repères de l’enfant

 

Commentez sur Facebook