entretenir-amour

 

Entretenir l’amour. On en parle souvent dans le domaine de la vie du couple. Pourtant, il faut aussi entretenir l’amour avec chacun de nos enfants ! Et ça, on en parle moins. On se dit que l’amour parent/enfant va de soi. On s’aime c’est évident, c’est dans les tripes des deux parties.

Pourtant, quel multi-parent n’a pas entendu un jour : « tu l’aimes plus que moi », « c’est ton chouchou », « elle est tout le temps dans tes bras (sous-entendu : »et pas moi avec mes 37 kg ») » ? Si tu ne l’as jamais entendu, t’as de la chance !

On peut en partie expliquer certaines bêtises de nos mômes à cause de ça. Oui ils savent qu’on les aime mais ils ont besoin de preuves, de marques d’amour et d’affection. Un enfant préférera faire une connerie pour qu’on le regarde, même si c’est de la mauvaise façon (ce qui risque de se solder par des réprimandes, des cris, des punitions).

Je sais que c’est un point sur lequel il faut que je travaille. Car, plus ils grandissent, plus j’ai tendance à considérer comme acquis qu’ils savent que je les aime. Je ne leur prouve plus. Je m’en suis rendue compte aux petites remarques de WonderBoy. Je ne vais plus sur lui pour un câlin, un bisou…

Alors pour entretenir l’amour, voilà quelques unes de mes pistes de réflexion :

  • séparer leurs rituels du coucher : depuis quelques temps, avec Chéri, on faisait du groupir, parfois par choix (vive la fatigue parentale, groupir = coucher qu’on espère plus rapide), soit par demande « enfantale ». Ça finissait souvent par un énervement général (ils s’asticotent, sont ensuite tous complètement réveillés et tintin pour les coucher rapidos ! sans compter que là la bienveillance parentale, elle se fait la malle vite fait !). On essaie de faire cette séparation en douceur depuis quelques jours car ils en avaient l’habitude. Ça commence à porter ses fruits sur le sommeil de WonderGirl qui ne nous rappelle qu’une fois par nuit (au lieu des multi-réveils de cet hiver qui nous a mis sur les rotules !).
  • prendre le temps de la séparation et des retrouvailles : de leur dire bonjour le matin, de faire un chtiot câlin/bisou (surtout avec les garçons), prendre le temps de se séparer à l’école (on ne le faisait pas systématiquement avec WonderGirl). Les retrouvailles du soir sont moins paisibles, plus speed car on se retrouve dans le bruit de la cour de l’école, il faut que je me dépêche de récupérer les 3 à trois endroits différents de la cour le soir et bien sûr…le plus rapidement possible après 16h30 !
  • prendre le temps de m’intéresser à leurs passions : celles de WonderBoy, c’est les jeux vidéos et les Pokémons/Angry Birds bref des trucs de geek ! Celle de WonderKid, c’est plutôt les super héros : Iron Man/SpiderMan/ BatMan/ElephantMan…Faut être claire, j’ai du mal à accrocher ! Mais de temps en temps, je regarde leur dessin animé préféré pour comprendre quand ils me parlent du Lézard ou des cochons voleurs…En revanche, c’est bizarre, j’ai pas de souci avec la passion de WonderGirl : les princesses Disney lol
  • revoir ma façon de communiquer avec eux pour communiquer de façon plus bienveillante : là faut que je me replonge dans mes bouquins de Faber et Mazlish et celui de Rosenberg car avec la fatigue (toujours), j’ai tendance à replonger dans mes vieux défauts 🙁 Ils ont besoin d’être débarrassé des étiquettes qu’on leur colle, d’entendre plus de paroles valorisantes par le biais de compliments descriptifs…
  • trouver un temps pour chacun pour être à 100% avec lui/elle : pas toujours évident quand on bosse et/ou quand on a plusieurs enfants. J’essaie le plus possible de les impliquer dans les tâches ménagères mais plus ils grandissent, moins ils veulent s’impliquer 😉 Avec WonderGirl c’est facile, elle veut apprendre à tout faire donc s’occuper du linge ou cuisiner, ça ne lui fait pas peur. Avec les garçons, ça passe plus par des jeux et pour WonderKid, par la lecture…
  • les aider et pas seulement la petite : j’avais souvent tendance à envoyer promener WonderBoy quand il demandait de l’aide, me disant qu’il saurait faire…et pestant s’il s’y prenait mal. S’il me demande de l’aide pour quelque chose dont il est capable, je lui rappelle que « l’autre jour » il s’y était très bien pris (compliment descriptif). Si c’est quelque chose qu’il ne maîtrise pas bien, je me conditionne pour m’apaiser (en respirant par le ventre) et je lui remontre. La seconde fois, je lui demande d’essayer. S’il refuse, je lui demande ce qui l’embête…ça dézingue des crises…Mais bon, cette façon de faire n’est pas encore naturel pour moi, faut que j’y travaille !
  • donner de petits cadeaux : ça peut être un gâteau qu’ils aiment, un truc fait de mes mains, bref pas forcément du « acheté »…même si à la St Valentin, ils ont eu un livre que j’avais emballé et assorti d’un petit mot. Cette attention avait beaucoup touché WonderBoy…

Voici quelques idées, je cherche encore d’autres pistes. Si tu as des astuces, n’hésite pas à m’en parler en commentaire !

**************************************************************************************************************************

C’est mon troisième opus pour mes jeudis éducation !

macaron-rdv-education

 

Les jeudis éducation c’est aussi chez d’autres blogueurs : Papa Blogueur, Vivi, Mère Débordée, La Fée Lée, Maman Mammouth, Blandine, Eteilla

Photo by Julie Johnson on Unsplash

Commentez sur Facebook

Étiqueté dans :