favoriser l'autonomie

Bon, je n’irai pas par quatre chemins, en ce moment à la maison, ce n’est pas évident avec WonderKid. Je ne jouerai pas à la mère parfaite, celle qui ne fait que vanter son enfant en cachant soigneusement ses défauts. Il a de grandes qualités oui mais par moments, il faut s’accrocher aux pinceaux. Il y a plus que la néophobie alimentaire. Il y a les couchers difficiles mais aussi un refus de l’autonomie. Il ne veut plus faire ce qu’il sait faire seul. Il ne veut pas progresser non plus. Je m’interroge donc : développer son autonomie, j’en rêve en mère égoïste qui rêve d’avoir un peu plus de temps pour elle, en tant que femme qui bosse en freelance et aimerait bien que les mômes fassent un minimum #badmother. Et même en temps, que cache tout ça ? Je le sais au fond de moi. Faut-il développer à tout prix cette autonomie dont visiblement il ne veut pas en ce moment ?

Dresser le bilan

Bref ça cogite dur dans ma tête. Entre la culpabilité quand je lis ces phrases de copines dont les enfants sont parfaits de me dire « qu’est-ce que j’ai raté ? » et la colère de le voir s’infantiliser, je veux surtout ne pas oublier un truc essentiel : WonderKid. Identifier les besoins inassouvis.

Il a toujours été un enfant très débrouillard, effet 2ème sans doute mais aussi parce qu’il a eu une nounou qui a beaucoup favorisé son autonomie.

Pour moi, il y a une bilan à faire, il faut que je me mette en mode « pause » et le regarder, vraiment. Pour l’aider aussi à se sentir bien dans ses baskets.

Au niveau émotionnel, il a été assez longtemps introverti, se réfugiant dans les dessins. Cette période est révolue. Il est fan de Lego et de super héros, de Star Wars, bref un ptit mec. Mais c’est souvent celui qui va aller au bain en premier quand les autres ne voudront pas « pour rendre service » (de mauvais coeur).

Il est coincé dans la fameuse place du 2ème entre un grand frère trèèèèèès présent et expressif, bavard, curieux, expansif et une petite soeur câline encore très BABI avec Papa/Maman (câlins, bisous et « à bras »).

Alors il se rebelle, se forge une place mais pas toujours de façon très calme. Ça fuse dans les aigus, dans les bagarres et dans les refus en tout genre. Refus de tartiner son bain, de rester seul ou d’aller seul dans une pièce.

A côté de ça, c’est un bon élève qui se comporte bien à l’école. Il a une bande copains depuis des années, est invité souvent aux anniversaires etc. Au niveau social, rien à dire.

Au niveau de capacités intellectuelles et motrices il n’a également aucun souci.

Alors comment lui faire retrouver le goût de faire les choses par lui-même ? Les choses dont il est capable bien sûr, les choses dont il avait envie, avant.

6 choses pour favoriser son autonomie

Keep calm and carry on

Keep-calm-and-carry-on-scan

Apprendre à gérer ses émotions, je pense que c’est LE point à développer. Avec le manque de temps, j’ai laissé de côté l’utilisation du réservoir affectif et du temps de jeu par terre. Je devrais. Il faut que je m’organise autrement. Il me redemande à jouer seule avec lui. Mais à 21h le soir, j’avoue que je ne suis plus réceptive à ses demandes O_o

Je suis attentivement le challenge Slow life de Clémentine la Mandarine pour me recentrer sur la nécessité de ralentir. Ce que je lis, je le connais. Mais je me suis laissée entraîner dans le tourbillon de la vie. Il ne faut pas que j’oublie ce que j’ai lu dans A chaque jour ses prodiges de Jon Kabat-Zinn (pour être des parents en pleine conscience).

J’ai déjà surpris WonderKid en position du lotus. Il m’avait dit qu’il avait vu ça dans SpiderMan (!) et que ça le calmait. Je pense que je pourrais également tenter une approche du yoga ou de la méditation avec lui, il devrait y être plus réceptif que son frère (pour qui ce ne sont que « des foutaises » O_o).

Routine power

J’ai affiché un tableau des routines, un pour le matin, un pour le soir entre la salle à manger et la cuisine. Il faut que je les refasse, elles ne sont plus adaptées à notre rythme actuel.

Il faut que je pense à leur trouver un autre endroit car on a fini par les zapper.

Les relire, lui faire prendre conscience de ce qui est à faire et qu’il SAIT faire.

En libre accès

Je vais également reprendre mes livres Montessori car cette pédagogie avait fait merveille quand ils étaient bébés, je suis persuadée que j’y trouverai également des réponses.

Si tu as une référence de bouquin adaptée à un 6 ans, n’hésite pas à me la donner en commentaire, je serais joie 😉

La vaisselle est déjà à sa portée, je pense revoir avec lui les bases de l’équilibre alimentaire et lui proposer de faire lui-même ses petits-déjeunes et goûters. Les fruits sont déjà à portée et en libre accès à la maison.

Laisser aussi à portée tout ce qui peut favoriser les réparations des » bêtises » d’autonomie et revoir la façon de s’en servir : torchons, balai, ramasse-poussières, éponges et wassingues 😉

Encourager sans forcer

Je me suis également souvenu de tout ce que je ne savais pas faire seule à 6 ans comme lacer mes chaussures. Je me suis souvenue que ce n’était pas un drame, qu’il saurait faire un jour car avec mon bac+5 et du haut de mes 39 ans, je sais faire mes lacets seule 😉

Proposer, attendre qu’il soit prêt, lui demander ce dont il a besoin pour tenter l’expérience, trouver les points qui bloquent : un manque d’information ? lui permettre de me voir faire puis expérimenter  par lui-même ? un dégoût ? une jalousie par rapport à son frère et à sa soeur ?

Le jeu du chronomètre

A manier à l’occasion : le chronométrer, lui demander d’établir ses propres records, qu’il se voit progresser.

Inverser les demandes

Systématiquement, lui répondre à ses « je ne sais pas faire/fais-le » par des « tu ne sais pas encore le faire/comment pourrais-tu faire pour…?/ de quoi aurais-tu besoin pour le faire ? ». Je ne dis pas que c’est miraculeux, parfois, ça ne fonctionne pas. Mais souvent quand même alors il faut que je propose tout ça de façon automatique.

Confiance et estime de soi à renforcer

Bon, là, c’est un gros chantier. Et comme moi, non plus, je ne suis pas championne dans ces domaines, ça sera à renforcer pour nous deux.

Lui dégager du temps pour lui seul également.

Faire en sorte qu’en septembre il puisse enfin faire du foot (il est aux arts du cirque « par défaut »).

L’aider à réaliser ses rêves.

 

J’y travaille aussi.

Et toi que fais-tu pour développer l’autonomie de ton enfant ? Des trucs à me donner ? Je suis toute ouïe 😉

******************************************************************************************************************************

Ceci est ma participation à mon rdv les #jeudiseducation sur le thème de l’autonomie. D’autres blogueurs parlent aussi d’éducation !

Sur le thème de l’autonomie :

 

Sur d’autres thèmes : 

 

macaron-rdv-education-02-exp-200

La semaine prochaine nous parlerons du chouchou !

Commentez sur Facebook