Source : Pixabay

Source : Pixabay

D’aussi loin que je me souvienne, je tenais un crayon dans les mains. J’ai passé de longues heures à dessiner (bien plus qu’à colorier). Je me souviens du calme et de la concentration que j’avais, du plaisir à crayonner mes feuilles de papier. C’est pour cela que très vite, dès leur première bougie soufflée, j’ai initié mes enfants aux joies du « papier/crayon ». En revanche, j’ai élargie la gamme au coloriage et à la peinture qui me semble aussi indispensables pour les jeunes enfants.

Les bienfaits du dessin

Tenir une crayon c’est une sacré promotion ! C’est faire comme Papa/maman. Dès l’âge d’un an, ça familiarise l’enfant avec cet instrument qui utilisera tout au long de sa vie, surtout sur les bancs de l’école.

N’hésite pas à laisser ton enfant (sous ta surveillance, il va sans dire) prendre des crayons, des feutres, des pastels, des crayons de cire, de différentes épaisseurs, cela éveillera son sens du toucher. Il devra adapter son geste aux différentes épaisseurs.

C’est donc tout un travail de motricité fine qui s’ouvre alors à l’enfant. Il s’entraîne à la pince, si utile quand on veut ensuite tracer ses premières lettres, exercer sa coordination main/oeil pour tracer lignes, ronds et zigzags. On apprend les formes et les couleurs de façon ludique, on enrichit son vocabulaire. Et on laisse parler son imagination.

La peinture, une approche sensorielle des textures et des couleurs

Très vite, WonderGirl s’est intéressée à la peinture (c’est ça de voir les grands frères s’en servir !) dans les 18 mois il me semble. Autant WonderKid adorait le contact de la peinture au doigt, autant elle était comme dégoûtée par ce contact. Je suis passée donc à la peinture à l’eau, il a fallu qu’elle apprenne à patienter quand elle voulait changer de couleur, le temps de nettoyer le pinceau, de le sécher…

Ensuite elle est revenue vers la peinture au doigt et y a pris enfin plaisir. Comme quoi, j’avais bien fait de garder les tubes. C’était sa période « patouille » où elle adorait faire le pain, malaxer la pâte à modeler, bref, elle était en pleine exploration de son sens du toucher.

Elle a adoré créer des couleurs, voir le résultats des mélanges et en moins de 2, a su toutes ses couleurs.

Le coloriage

Pour les enfants qui s’approchent de l’entrée en maternelle, je trouve que l’introduction des cahiers de coloriage n’est pas mal. Bien sûr, il faut continuer en parallèle le dessin libre et la peinture qui permettent de laisser libre cours à la créativité mais les cahiers de coloriage permettent de voir la notion de modèle, les conventions aussi de la société (une abeille est jaune et noire, le coquelicot est rouge etc).

Les trois approches sont complémentaires.

Minute maman fière : le jour de sa rentrée scolaire, le coloriage de WonderGirl a été montré en exemple à ses camarades par le soin qu’elle avait mis à ne pas dépasser et à colorier tout son dessin 😉

Et tes mômes, ils aiment colorier, dessiner ou préfèrent la peinture ?

**********************************************************************************************************************

C’était ma participation à mon rdv « les jeudis éducation ».

macaron-rdv-education-02-exp-200

Ils parlent aussi éducation : 5 conseils pour passer de bons moments à conduire les enfants à leurs activités, la garde alternée, ces petits rien qui rendent grand son enfant, comment aider vos enfants à vaincre la peur du noir, l’imaginaire et l’enfant, les écrans : pour ou contre ?, la motricité libre, jouer au parc, le jardin

Module de commentaire Facebook.