Quand j’étais petite, nous n’allions pas en vacances pour deux raisons : un budget serré mais aussi le fait que mon père soignait ses parents. Une fois l’an, je passais une seule et unique journée à la mer, à Bray-Dunes et c’était toujours jour de fête. Nous pique-niquions sur le sable, ma mère planquée dans la tente et mon père et moi faisions des châteaux de sable.

A l’âge où les collections commencent, j’ai commencé ma première collection ces journées uniques en récoltant des coquillages que je nettoyais et rangeais précieusement. Au cours de l’année, je regardais mes trésors et comptais presque les jours me séparant des congés d’été de mon père.

Il y a tout juste trente ans, je terminais mon année de CM2. J’allais vivre une expérience qui m’avait semblé extra-ordinaire : ma première sortie scolaire. Première fois où je partais sans mes parents, retour à la case « Bray-Dunes » mais cette fois-là, mes parents m’ont confié un peu d’argent. C’était une première, je n’ai jamais eu d’argent de poche.

Coeur qui bat, joie et peur mêlée, j’ai fait signe au revoir à mon père. Et là-bas, quand les instits nous ont donné le feu vert des achats, ce n’est pas vers les cartes postales, glace ou jouets de plage vers lesquels je me suis tournée. J’ai cherché un cadeau pour mes parents. J’ai choisi CE coquillage. Non pour ma collection. Pour eux.

Au soir ils ont été très touchés et le coquillage a figuré bien en vue sur leur grand living.

Ce coquillage a rejoint ma maison quand j’ai enfin admis que ma mère ne rentrerai plus chez elle. C’est avec une mélange de joie et de tristesse mêlées que je le regarde, joie et tristesse pour cette petite-fille que j’étais.

Et toi, tu as des souvenirs d’enfance auxquels tu tiens ?

*****************************************************************************************************************************************

C’était mon lundi à deux pour Alice et Zaza.

Commentez sur Facebook

Étiqueté dans :