Le café et moi, c’est une longue histoire d’amour. Je me souviens encore de la goutte de café versé dans ma tasse de lait chaud, le dimanche après-midi chez mon Papi pendant que les grands buvaient leur kawa. J’étais du club.

Je ne me souviens plus exactement quand j’ai commencé à en boire plus souvent… sans doute au lycée, je devais quitter la maison tôt pour une ado (7h) pour prendre le bus pour le lycée.

Une tasse par jour, rarement deux…Puis au début de la vie professionnelle, il était de bon ton de participer aux pauses café, lieux de réunions informelles. 2 tasses par jour et le palpitant qui criait quand même : « diminue ».

Puis les problèmes de santé, les demandes des médecins pour se limiter à une tasse par jour. Ce fut facile quand j’ai appris que j’attendais WonderBoy : je suis repassée à O café (ce qui ne m’a pas empêché les ennuis mais c’est une autre histoire).

Puis être mère, la fatigue qui tombe comme une chappe, reprise du café. 1 puis 2 puis 3…

Puis bien plus tard, les nuits pourries de ma dernière, 35 ans, le corps qui a du mal à suivre…1 puis 2 puis 3 puis 4 cafés par jour. Le corps qui rappelle à l’ordre, les medecins aussi… et depuis ma consommation dépend des jours.

Mais parfois je me dis que c’est comme une drogue. Je diminue puis je reprends… J’aimerais à nouveau limiter, en prendre moins souvent, les déguster aux moments conviviaux comme l’ouverture du Starbucks Coffee à Euralille, fait en amoureux… qu’il était bon ce café en si bonne compagnie !

Et toi, coffee addict ? tea addict ?

C’est ma participation aux lundis à deux pour Alice et Zaza.

Module de commentaire Facebook.

Étiqueté dans :