L’autre jour, en visitant la nouvelle maison d’une amie, je suis tombée sur son placard à chaussures. La conversation est tombée tout naturellement sur le sujet. Toutes saisons confondues, elle m’avouait qu’elle possédait une trentaine de paires, de différents budgets. Moi je lui répondis que j’en avais beaucoup moins. En effet, en rentrant, je me suis mis à compter mes paires : 7 tout confondues O_o

Et pourtant dans ma jeunesse j’étais une vrai « shoes addict » mais ça, c’était quand je logeais encore dans ma chambre de jeune fille. Avec la vie active et surtout la maternité, le nombre de mes chaussures s’est réduit à peau de chagrin. Mais pourquoi tant de haine ? Parce que le choix d’une paire de chaussures n’est plus si évident que ça ! Voyons voir tout cela en détail…

Chausser un pied grec, pas évident !

J’ai un pied grec c’est-à-dire que mon deuxième orteil dépasse mon gros orteil…Il parait que nous ne sommes que 5% de la population mondiale à posséder un tel pied ! On dit aussi qu’il sert de base à la fabrication des modèles de souliers… cherche la logique alors que nous sommes si peu à être doté d’un tel orteil ! Bref !

On pourrait croire que c’est facile à chausser. Sauf qu’en fait, non. Je fais du 38 1/2 et bien sûr, la plupart des magasins de chaussures ne proposent pas les demies pointures. Alors une fois que j’ai trouvé un modèle de chaussures, par exemple chez Tamaris, j’essaie le 39 dans lequel mon pied flotte puis le 38 où mon grand orteil se retrouve en mode « je suis un crochet ».

Autre problème de « taille » : la largeur du pied ! Avec la maternité mes pieds se sont élargis (sans compter que j’ai pris une pointure pour être tout à fait exacte !). Et comme je n’aime pas trop passer ma vie en baskets, c’est le dilemme !

 

Être à la mode en évitant le piège du « quinquado »

Autre dilemme : il y a des tonnes de modèles, de styles de chaussures différentes (et je ne parle pas des bottes/bottines/cuissardes etc). Et une fois mon dévolu jeté sur un modèle, je refuse de me rendre ridicule en portant le dernière modèle à la mode chez les ados s’il me fait ressembler à une nana en pleine crise de la quarantaine et qui cherche à se rajeunir à tout prix.

Mon truc : suivre les tendances qui durent dans le temps (bref pas le dernier modèle dans la vitrine), celles que mes consoeurs « ès quarantaine »  portent également ((même si ça fait un peu « mouton »). Et ceci, tout en conservant les critères de « faut que mon pied soit à l’aise, Blaise ! ».

 

Tendances automne 2016 : mes choix !

J’ai vu que la tendance tourne vers les creepers et les cuissardes. Bon, j’avoue que ces deux derniers styles ne sont pas du tout mon genre, moi qui suis plutôt « casual ». J’aime aussi les chaussures qui ne sont pas plates mais pas non plus à hauts talons (ben oui quoi, quand il faut courir après les mômes…).

Il y a aussi les chaussures un poil masculines comme les derbies et les richelieux (j’avoue je n’aime pas trop, elles me font penser aux chaussures de mon Papi lol) mais aussi les babies et salomés. Là je kiffe mais le hic, c’est que je suis frileuse donc ce genre de chaussures avec des chaussettes, ça ne le fait pas trop ! Bottes, bottines et baskets à l’occasion, c’est ce que je porte le plus en automne à mes pieds.

En revanche, il y a une tendance qui me ravit : le retour des talons blocs ! Tu sais, ce sont ces talons épais qui nous portions dans les années 90’s. Stabilité et féminité font alliance pour ce type de chaussures et ça me ravit !

Bref, y’a plus qu’à essayer et surtout à trouver une paire dans mon budget !

Et toi, quel genre de chaussures as-tu (ou vas-tu) acheté cet automne ?

Commentez sur Facebook

Étiqueté dans :