les amoureux qui se bécotent

Source : FlickR

Samedi, ce fut la Saint-Valentin, la quatorzième pour WonderDad et moi. Pas de violons, de restaurant en amoureux, de fleurs, de chocolat et de parfum, non. Lors de nos premières années, on faisait les choses en grand, resto, cadeaux, on se mettait sur notre 31.

Et puis WonderBoy s’est niché en moi. Je me suis transformée en marmotte. Première Saint-Valentin différente mais encore avec les coeurs dans les yeux. L’amour prenait vie dans un corps, mi-sien, mi-mien. Il était notre plus beau cadeau mais j’en ai eu un (je ne me souviens plus de ce que c’était, oups !).

Les années ont passé, la famille s’est agrandie, nous avons eu Mamie-Baby sitter puis deux supers baby-sitters, nous avons profité de l’occasion pour nous refaire un resto en amoureux à cette occasion, l’un des rares de l’année.

Plus de baby-sitter depuis deux ans maintenant. Mais nous avons réinventé le rituel. Nous nous échangeons un cadeau, utile, folie rarement, pour la maison ou qui correspond à un vieux rêve de l’autre. Pour la deuxième année consécutive, les enfants sont associés à cette fête et c’est l’occasion pour moi de leur offrir un livre.

Et samedi soir pour la première fois, nous avons passé la soirée séparés, lui pour une sortie ciné entre garçons, moi pour une soirée cocooning avec WonderGirl. Mais aucune amertume. Car j’ai la chance de me sentir aimée et je n’ai pas besoin qu’il le déploie « la totale » pour que je le sache. Oui ça fait plaisir quand ça arrive, je ne le nie pas. Mais quand il rentre de course avec un bouquet de fleurs, sans raison, quand il me concocte des menus pour me soutenir dans mon rééquilibrage alimentaire, quand il est mon meilleur coach dans mon travail, quand je peux parler de tout et de rien avec lui…c’est la Saint-Valentin tous les jours.

Et toi, ta Saint-Valentin, comment ça s’est passé ?

****************************************************************************************************************************

C’était mon lundi parmi d’autres pour Alice et Zaza.

 

Commentez sur Facebook