Ne pas oublier derrière les nuages le bleu du ciel. Que beaucoup de nos soucis sont éphémères. Beaucoup de maximes le rappellent et ce, depuis l’Antiquité mais on l’oublie souvent.

Regarder le bleu du ciel a souvent un effet magique sur moi, apaisant : j’oublie tout, un peu comme quand j’étais petite et que je m’allongeais dans l’herbe.

Bleu ciel, ça peut être aussi la couleur de l’eau, celle du bain, celle de la mer, elle aussi si apaisante.

Ça reste surtout pour moi la couleur des yeux de ceux que j’ai aimé ou que j’aime le plus au monde : mon père, mon mari et mes trois enfants. C’est toujours l’étrangeté de voir les yeux de mon père au milieu de ce visage aux traits maternels.. mes yeux bleus ciel cerclés de gris.

Mais Agoaye dis-moi aurais-tu oublié que le bleu, c’est aussi « feel blue », le blues et la couleur de la mélancolie ? 😉

C’était ma participation à la rubrique Un défi ou un écrit pour Agoaye.

Commentez sur Facebook

Étiqueté dans :