Depuis cinq mois, j’ai l’impression que je ne fais que parler de lui. On m’avait pourtant prévenue : l’entrée au collège est une révolution et ce, à plus d’un titre. WonderBoy change. On dit pourtant que les parents ne voient pas les changements si vite que les étrangers. Pourtant chaque semaine apporte sa révélation. Et depuis quelques semaines un prénom féminin, qui n’est pas le mien ni celui de ses proches revient dans la bouche de WonderBoy. Mais est une amitié ou… un amour naissant ? (meuh non je ne suis pas jalouse ;-)).

Collège : la fin de la séparation filles/garçons ?

Autant c’est limite « guerre des tranchées » entre les deux sexes avec tendance au dénigrement de l’autre sexe à l’école élémentaire après la période maternelle « on est tous copains », autant en 6ème, semble se dresser deux camps :

  • la majorité qui regarde l’autre camp de loin « je suis intéressé mais je n’ose pas le dire »
  • la minorité qui a franchi le pas et voilà les premières amours

On est encore loin des 4ème/3ème qui se bécotent deux rues d’à côté du collège (ben oui les grands frères/ grandes soeurs lol).

 

« Machine » par ci, « Machine » par là

WOnderBoy l’affirme haut et fort, il suit la majorité. « Les filles c’est nul », « moi je ne veux pas d’amoureuse, après, quand ça va plus, on se dispute tout le temps, ça pourrit la récré »…

Sauf qu’il y a un prénom féminin qui revient tous les jours ou presque. Je sais la marque de son téléphone. Je sais où elle est allée à l’école primaire. Je sais même où elle vit…

Je n’ose pas taquiner. Je me souviens de ma propre adolescence où les gentilles taquineries de la famille m’ont encore plus enfermée dans la timidité. Je ne dis rien, j’écoute quand il me parle des peines de coeur de ses copains.

 

Une mère doit-elle conseiller son fils ?

L’autre jour, il m’a raconté un truc qui venait de lui arriver. Deux filles de sa classe l’ont approché en gloussant pour savoir s’il aimait les filles. Il a répondu « je n’aime que ma mère et ma soeur ». Il est vrai que nous sommes les seules filles à recevoir un bisou de sa part. Même sa grand-mère ne reçoit qu’un rapide bonjour.

Bref, me souvenant de ma tendre jeunesse, je me souviens qu’on allait en bande trouver le garçon qui intéressait l’une de nous. Je l’ai raconté à WonderBoy. Mais finalement, je me dis que je n’aurais peut-être pas dû.

Il m’a dit qu’il avait remarqué que filles et garçons ne pensent pas les choses de la même façon, alors souvent il ne comprend pas les dires de ses camarades.

 

Bon, l’une des deux filles, je la connais pour la voir à la sortie du collège sortir des grands « au revoir WonderBoy » les étoiles plein les yeux pour ne pas me méprendre. C’est elle qui ferrait le poisson… qui ne parle que d’une autre.

 

Je me demande comment réagir quand il me demande des éléments de psychologie féminine, j’avais toujours pensé qu’il aurait parlé « filles » avec son père. J’essaie de rester le plus neutre possible depuis. Fais-je bien ? J’avoue ne pas trop savoir comment me positionner là-dessus.

 

Ah pas facile de voir son enfant grandir et en même temps, je suis attendrie. Il faut dire que si j’avais 30 ans de moins, que si ce n’était pas mon fils, ce beau gars bien grand, large d’épaules, aux magnifique regard bleu glacier avec quelques tâches de rousseurs sur les pommettes me ferait bien craquer.

 

Et toi te souviens-tu de tes premiers émois d’adolescent ?

****************************************************************

C’était ma participation à mon rdv les #jeudiseducation sur le thème « d’amour ou d’amitié »

Ils parlent aussi « éducation » :

MyNameIsOr : Chandeleur
Creativemumandco:  le syndrome du rouleau de pq vide
Pas de #jeudiseducation les prochaines semaines pour cause de vacances scolaires

Module de commentaire Facebook.

Étiqueté dans :